Feeds:
Articles
Commentaires

« L’étrangeté de la vie est pour moi un moins grand mystère que le mystère de ceux qui ne s’étonnent pas de l’étrangeté de la vie. »

Ivy Edelstein

« Devance tous les adieux »

Dina & Stéphane Dina Scherrer & Stéphane Einhorn ont réuni leurs pratiques et expériences de l’accompagnement pour vous proposer des groupes de supervision en coanimation.
Deux regards différents et complémentaires qui intègrent Pratiques Narratives, Systémique et co-développement afin de vous permettre d’avancer dans vos pratiques en mode collaboratif et participatif.

http://www.dinascherrer.com
http://blog.coach-et-moi.com

Modalités pratiques : Un groupe ouvert de 6 personnes maximum
Un tarif de 120 € TTC par séance
Les séances se déroulent à Paris 16 de 14h 00 à 18h 00 aux dates suivantes :

Groupe 1
Mercredi 14 octobre
Lundi 23 novembre
Mardi 05 janvier
Lundi 15 février
Lundi 21 mars
Lundi 02 mai
Lundi 06 juin
Mercredi 06 juillet
Il reste 1 place dans ce groupe

Groupe 2
Jeudi 15 octobre
Mardi 24 novembre
Mercredi 06 janvier
Mardi 16 février
Mardi 22 mars
Mardi 03 mai
Mardi 07 juin
Jeudi 07 juillet
Il reste 2 places dans ce groupe

Pour vous inscrire ou vous renseigner :
scherrer.dina@yahoo.fr
s.einhorn@coach-et-moi.fr

 

L’objectif de la «positive deviance» : inviter toutes les parties prenantes à découvrir ces solutions comportementales adaptées à un contexte précis, qui sont à la fois immédiatement applicables et pérennes, puis à les diffuser…

Positive deviance

 

http://www.hbrfrance.fr/chroniques-experts/2015/04/6739-comment-merck-renoue-avec-la-performance-grace-la-positive-deviance/

 

A l’occasion de la sortie de son livre « Reinventing Organizations », Frédéric Laloux fait une belle présentation de certaines des caractéristiques de « l’entreprise libérée » et dévoile, exemples à l’appui, un certain nombre de sociétés étrangères…


Le penseur de Rodin

 

 

 

 

« A force de penser à ce que l’on a pas été, on finit par en oublier qui l’on est ! »

Victor Maufras

« Il est sur terre deux races d’hommes. La première – d’un nombre étouffant – se contente d’assouvir les besoins élémentaires de l’existence. Les préoccupations matérielles, les soucis familiaux bornent son champ. L’amour, parfois, y projette son ombre, mais strictement égoïste et ramené à l’échelle du reste.
L’autre race, quoique soumise au joug de la faim, du plaisir charnel et de la tendresse, porte plus loin et plus haut son ambition. Pour s’épanouir et simplement pour respirer, elle a besoin d’un climat plus beau, plus pur et spirituel. Il lui faut dénouer les limites ordinaires, exalter l’être au delà de lui même, le soumettre à quelque grande force invisible et le hausser jusqu’à elle. La pauvreté de l’homme la blesse, la désespère. L’inaccessible seul l’attire comme le rachat et la victoire sur l’humaine condition.
A ce sang choisi, à sa pointe, à sa fleur, Mermoz appartenait par son hérédité maternelle, par son éducation, par toute sa nature. Pour vivre, il devait s’évader de la vie. »

Joseph Kessel : « Mermoz »

1890 Branche d’amandier Vincent van Gogh

Branche d’amandier
1890 – Vincent van Gogh

 
 
 
Les yeux sont à l’horizontale
Le nez est vertical
Les fleurs viennent au printemps

Onitsura








Je vous souhaite une excellente année 2014

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

%d blogueurs aiment cette page :