Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for the ‘Partages’ Category

Un rabbin discutait avec le Seigneur du Paradis et de l’Enfer. « Je vais vous montrer l’Enfer », dit le Seigneur.
Il entraîna le rabbin dans une pièce où se trouvait une grande table ronde. Autour, des gens affamés et désespérés. Au milieu de la table trônait un énorme plat en sauce qui sentait si délicieusement bon que le rabbin en saliva. Chaque personne tenait une cuiller à très long manche. Si les longues cuillers atteignaient le plat, leurs manches étaient plus longs que les bras des convives, ce qui les empêchait d’amener la nourriture à leurs lèvres. Personne ne pouvait manger. Le rabbin vit bien que ces gens souffraient terriblement.
« Maintenant je vais vous montrer le Paradis », dit le Seigneur.
Ils entrèrent dans une autre pièce, exactement semblable à la première : même table ronde, même plat de victuailles. Comme précédemment, les convives étaient munis de cuillers à trop long manche, mais là, tout le monde était bien nourri, grassouillet, joyeux et bavard.
Le rabbin ne comprenait pas. « C’est très simple, mais ça demande certaines qualités, expliqua le Seigneur. Dans cette pièce, vous voyez, ils ont appris à se nourrir les uns les autres ».

Irvin Yalom – La Malédiction du chat hongrois

Read Full Post »

A l’issue d’une séance ou d’un atelier j’aime prendre le temps de marcher, rouler ou simplement m’arrêter.
De ces huis clos à peine achevés mon corps encore habité en dit long parfois.
Résonances singulières, émotionnelles ou métaphoriques… elles prolongent un instant le goût, la saveur et l’odeur des paysages que l’on vient de traverser…


A lire, le billet intitulé « Une pause, une vraie » publié sur son blog par Christophe André

Read Full Post »

L’effondrement d’une illusion collective est toujours un choc pour une société, mais ce choc peut être salutaire s’il permet de reconstruire sur des fondations solides.
L’illusion dont nous émergeons, c’est celle du « paradis sur terre ».
Qui peut croire encore à un monde sans guerres, sans misère, sans catastrophes naturelles ? Le tragique nous saute aux yeux, et nous ne savons plus lui donner de sens autrement qu’en promettant indéfiniment sa disparition.
Les idéologies qui ont marqué le XXe siècle ont toutes abouti à des impasses. Si nous ne voulons pas nous mobiliser pour une illusion supplémentaire, il nous faut intégrer le caractère tragique de l’existence et l’incertitude de l’avenir.
Dans quel type de société voulons-nous vivre ? A quelle valeur donner la priorité : l’avoir ou l’être ? Le court terme ou le long terme ? Quelle place donner à la souffrance ?
Autant de questions auxquelles il faut trouver des réponses neuves qui dépassent les clivages habituels, progrès/ réaction, libéralisme/ socialisme, gauche/ droite.
Prendre soin du monde s’oppose à « se battre pour un monde meilleur » qui évoque un climat de certitudes idéologiques, de combat du Bien contre le Mal, et de foi naïve dans un avenir radieux.
Cet ouvrage nous invite à tenir compte de la complexité du réel, de la fragilité de la civilisation et de la nécessité de laisser la planète en bon état à nos enfants.

Read Full Post »

Dans de nombreuses sociétés chamaniques, si quelqu’un se rend chez l’homme médecine pour se plaindre d’être découragé, démoralisé ou déprimé, celui-ci lui posera l’une des quatre questions suivantes :
Quand avez-vous arrêté de danser ?
Quand avez-vous arrêté de chanter ?
Quand avez-vous cessé d’être enchanté par des histoires ?
Quand avez-vous cessé de trouver du réconfort dans le territoire doux du silence ?

Gabrielle Roth

Read Full Post »

Mouvement pour la terre et l'humanismePréférant l’action aux paroles et l’engagement aux bonnes résolutions, en guise de vœux je me fais cette année le relai du message porté par « Colibris », le mouvement pour la terre et l’humanisme initié par Pierre Rabhi.

Depuis quelques années, une lame de fond traverse la société sans qu’elle en soit elle-même consciente. Des milliers de personnes, aux quatre coins du monde se mettent à penser, à agir, à créer, à échanger, bref, à vivre différemment. Ils aspirent à se réaliser plutôt qu’à faire carrière, se soucient des autres, de la nature, cherchent à résoudre leurs problèmes personnels pour améliorer la société, sont non-violents, réfléchissent le monde comme un tout et plus comme un puzzle morcelé, aiment les cultures et les échanges, veulent prendre le temps de vivre et ne sont plus prêts à sacrifier leur famille, leur santé, pour gagner leur vie à tout prix, préfèrent regarder les problèmes comme une occasion de comprendre et de créer du neuf, savent que pour transformer la société il faudra sans doute faire tomber des barrières et apprendre à travailler ensemble, chacun à sa juste place, sentent que féminin et masculin doivent s’équilibrer, imaginent que l’argent pourrait redevenir un moyen d’échanger d’infinies richesses plutôt qu’une arme capable d’alimenter la guerre entre les êtres humains, rêvent et agissent, (suite…)

Read Full Post »

« Votre ami est la réponse à vos besoins.
Il est votre champ que vous ensemencez avec amour et moissonnez avec reconnaissance.
Et il est votre table et votre foyer.
Car vous venez à lui avec votre faim et vous le recherchez pour la paix.

Lorsque votre ami révèle sa pensée, ne craignez pas le « non » de votre esprit, ni ne refusez le « oui ».
Et lorsqu’il est silencieux votre cœur ne cesse d’écouter son cœur;
Car en amitié, toutes pensées, tous désirs, toutes attentes naissent sans paroles et se partagent dans une joie muette.

Lorsque vous vous séparez de votre ami, vous ne vous affligez pas;
Car ce que vous aimez le plus en lui peut être clair en son absence, de même que pour l’ascensionniste la montagne est plus nette vue de la plaine.
Et qu’il n’y ait pas de but dans l’amitié sinon l’approfondissement de l’esprit.
Car l’amour qui cherche autre chose que la révélation de son propre mystère n’est pas de l’amour mais un filet jeté : et seul l’inutile est pris.

Et que le meilleur de vous-même soit pour votre ami.
S’il doit connaître le reflux de votre marée, qu’il en connaisse aussi le flux.
Car à quoi bon votre ami, si vous le cherchez afin de tuer le temps ?
Cherchez-le toujours pour les heures vivantes.
Car il lui appartient de combler votre besoin, mais non votre vide.
Et dans la douceur de votre amitié, qu’il y ait le rire, et le partage des plaisirs.
Car dans la rosée des petites choses, le cœur trouve son matin et sa fraîcheur. »

Le prophète
Khalil Gibran

Read Full Post »

Voici revenu le temps des vacances d’été et avec lui l’occasion de faire une pause, de s’extraire du quotidien et de nos habitudes. L’occasion aussi de s’autoriser à avoir un regard différent sur le passé, le présent, l’avenir ou encore nous même…
C’est pourquoi je ne résiste pas au plaisir de partager avec vous ce court métrage découvert grâce à la newsletter mensuelle de l’Institut REPERE.

Le film est en langue anglaise mais accessible à tous.

Enjoy ! #;0)


Read Full Post »

Le métier de coach est, comme tous les métiers d’indépendant, un métier qui peut mener à l’isolement personnel et/ou professionnel. C’est pourquoi il est toujours bon de se rappeler des différents plaisirs qu’il y a à échanger ou à apprendre… ensemble, différemment et dans la diversité.


Un joli film d’animation découvert sur RH Conseil PME, le site de Nathalie Olivier, sculptrice de compétences et auteur du Kit RH pour les PME


Read Full Post »

« Si nous sommes aussi pragmatiques que nous prétendons l’être, pourquoi ne pas commencer à nous demander sérieusement où se trouve notre véritable avenir ? »

Sogyal Rinpotché

Read Full Post »

Excellente année 2010

A l’aube d’une nouvelle décennie
je vous souhaite

Read Full Post »

« Newer Posts

%d blogueurs aiment cette page :