Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for the ‘Terrafemina’ Category

Où cours-tu ? Ne sais-tu pas que le ciel est en toi ?« Il est difficile au milieu du brouhaha de notre « civilisation » qui a le vide et le silence en horreur d’entendre la petite phrase qui, à elle seule, peut faire basculer une vie : « Où cours-tu ? ».

 …Il est des fuites qui sauvent la vie : devant un serpent, un tigre, un meurtrier.
Il en est qui la coûtent : la fuite devant soi-même. Et la fuite de ce siècle devant lui-même est celle de chacun de nous.
Comment suspendre cette cavalcade forcée, sinon en commençant par nous, en considérant l’enclave de notre existence comme le microcosme du destin collectif ? Mieux encore : comme un point d’acupuncture qui, activé, contribuerait à guérir le corps entier ?
Je serais encore en cavale si, au milieu d’une crise profonde, la petite question n’avait atteint mon oreille : « Où cours-tu ? »…

(suite…)

Publicités

Read Full Post »

Le petit princeQu’est-ce que signifie « apprivoiser » ?
– C’est une chose trop oubliée, dit le renard. Ça signifie “créer des liens…”
– Créer des liens ?
– Bien sûr, dit le renard. Tu n’es encore pour moi qu’un petit garçon tout semblable à cent mille petits garçons. Et je n’ai pas besoin de toi. Et tu n’as pas besoin de moi non plus. Je ne suis pour toi qu’un renard semblable à cent mille renards. Mais, si tu m’apprivoises, nous aurons besoin l’un de l’autre. Tu seras pour moi unique au monde. Je serai pour toi unique au monde…
– Je commence à comprendre, dit le petit prince. Il y a une fleur… je crois qu’elle m’a apprivoisé…
– C’est possible, dit le renard. On voit sur la Terre toutes sortes de choses…
… 

(suite…)

Read Full Post »

Un paysan avec trois de ses ânes se rendait au marché pour vendre sa récolte. La ville était loin et il lui faudrait plusieurs jours pour l’atteindre.

Le premier soir il s’arrêta pour bivouaquer non loin de la maison d’un vieil ermite. Au moment d’attacher son dernier âne, il s’aperçut qu’il lui manquait une corde. Si je n’attache pas mon âne se dit-il, demain il se sera sauvé dans la montagne !

(suite…)

Read Full Post »

Les quatre accords toltèques« Que votre parole soit impeccable » est le premier des accords que nous enseigne Don Miguel Ruiz dans son best-seller : « Les quatre accords Toltèques ».
Mais « Pourquoi faire attention à votre parole ? » interroge t’il ?

« Prenons l’exemple de cette femme intelligente et dotée d’un bon cœur. Elle avait une fille qu’elle adorait. Un soir elle est rentrée chez elle après une très mauvaise journée de travail, fatiguée, remplie de tensions émotionnelles, avec un mal de tête abominable. Elle souhaitait un peu de paix et de calme, mais sa fille chantait et sautait joyeusement. Celle-ci ne se rendait pas compte de l’état dans lequel était sa mère ; elle jouait dans son propre monde, son propre rêve. Elle se sentait bien, elle sautait et chantait de plus en plus fort, exprimant toute sa joie et tout son amour. Elle chantait si fort qu’elle aggrava le mal de tête de sa mère qui, au bout d’un moment, perdit le contrôle. En colère, elle regarda son adorable fille et lui dit : « Tais-toi ! Tu as une voix horrible. Peux-tu simplement te taire ? »

(suite…)

Read Full Post »

Les mots sont des fenêtres (ou bien ce sont des murs)Fils d’émigrants juifs ayant grandi dans un quartier chaud et antisémite de Détroit, le Dr. Marshall Rosenberg, psychologue clinicien américain, est l’initiateur de la Communication Non Violente (CNV).

« Pour parler ce langage il y a quatre points simples mais essentiels à suivre.
D’abord, j’observe ce qui se passe réellement dans une situation donnée : qu’est-ce qui, dans les paroles ou les actes d’autrui, contribue ou non à mon bien-être ? L’important est d’arriver à énoncer ces observations sans y mêler de jugement ou d’évaluation –ce qui revient à dire simplement les faits que nous apprécions ou n’apprécions pas.
Puis j’exprime ce que je ressens en présence de ces faits : suis-je triste, joyeux, inquiet, amusé, fâché ?
En troisième lieu je précise les besoins à l’origine de ces sentiments.
C’est la conscience de ces trois éléments qui me permet de m’exprimer clairement et sincèrement en CNV.

  (suite…)

Read Full Post »

Petit cahier d'exercices d'estime de soi– Qui suis-je ?
– Quelles sont mes qualités et mes points à améliorer ?
– De quoi suis-je capable ?
– Quelles sont mes réussites et mes échecs, mes compétences et mes limites ?
– Quelle est ma valeur à mes yeux ?
– Est-ce que je me vois comme une personne qui mérite la sympathie, l’affection, l’amour des autres ou est-ce que je doute de mes capacités à être appréciée et aimée ?
– Comment est-ce que je parle de moi ?
– Est-ce que je conduis ma vie comme je le souhaite ?
– Est-ce que mes actes sont en accord avec mes désirs et mes opinions ou est-ce que je souffre du fossé entre ce que je voudrais être et ce que je suis ?
– Suis-je fière de mon parcours et des buts que je me suis fixés ?
– Suis-je en paix avec moi-même ou fréquemment insatisfaite ?
– Quand pour la dernière fois me suis-je sentie déçue de moi-même, mécontente, triste ?
– Quand me suis-je sentie fière de moi, satisfaite, heureuse ?

Voici autant de questions qui peuvent vous aider à évaluer votre degré d’estime de soi et vous donner des pistes pour l’améliorer.

(suite…)

Read Full Post »

Le plus important face à une critique, qu’elle soit justifiée ou non, c’est d’éviter qu’elle ne tourne au conflit. C’est pourquoi il est nécessaire de commencer par l’accueillir comme étant légitime de la part de celui ou celle qui la formule. Et si en plus votre interlocuteur s’exprime sur un ton agressif, cela vous indiquera sans aucun doute que vous avez touché un point sensible de sa personnalité, une de ses valeurs profondes ou un de ses besoins insatisfaits.

Aussi, ne coupez pas la communication, bien au contraire ! Fuir ou éluder la critique risquerait d’altérer le futur de votre relation. En essayant de bien comprendre ce qui se joue, en engageant votre interlocuteur à s’expliquer sur les fondements de ses reproches, vous l’inciterez à passer du ressenti au concret, de l’émotionnel au factuel. De plus, en amenant les choses sur le terrain du « savoir faire » cela vous permettra de ne pas remettre en cause votre « savoir être » et d’apprendre à distinguer la personne que vous êtes de sa fonction.

(suite…)

Read Full Post »

Older Posts »

%d blogueurs aiment cette page :