Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘amitié’

« Votre ami est la réponse à vos besoins.
Il est votre champ que vous ensemencez avec amour et moissonnez avec reconnaissance.
Et il est votre table et votre foyer.
Car vous venez à lui avec votre faim et vous le recherchez pour la paix.

Lorsque votre ami révèle sa pensée, ne craignez pas le « non » de votre esprit, ni ne refusez le « oui ».
Et lorsqu’il est silencieux votre cœur ne cesse d’écouter son cœur;
Car en amitié, toutes pensées, tous désirs, toutes attentes naissent sans paroles et se partagent dans une joie muette.

Lorsque vous vous séparez de votre ami, vous ne vous affligez pas;
Car ce que vous aimez le plus en lui peut être clair en son absence, de même que pour l’ascensionniste la montagne est plus nette vue de la plaine.
Et qu’il n’y ait pas de but dans l’amitié sinon l’approfondissement de l’esprit.
Car l’amour qui cherche autre chose que la révélation de son propre mystère n’est pas de l’amour mais un filet jeté : et seul l’inutile est pris.

Et que le meilleur de vous-même soit pour votre ami.
S’il doit connaître le reflux de votre marée, qu’il en connaisse aussi le flux.
Car à quoi bon votre ami, si vous le cherchez afin de tuer le temps ?
Cherchez-le toujours pour les heures vivantes.
Car il lui appartient de combler votre besoin, mais non votre vide.
Et dans la douceur de votre amitié, qu’il y ait le rire, et le partage des plaisirs.
Car dans la rosée des petites choses, le cœur trouve son matin et sa fraîcheur. »

Le prophète
Khalil Gibran

Read Full Post »

Accueil, ouverture à l’autre, écoute active, bienveillance, non jugement… Toutes ces qualités recherchées et voulues dans la posture d’accompagnement font-elles du coach l’ami idéal ?



« Dans l’amitié vous ne pouvez pas réellement vouloir devenir ami avec celui qui sera peut-être finalement votre ami. L’ami vous arrive et lorsque cela se produit, il faut parvenir à laisser cet autre me faire advenir moi-même. De même que je me laisse approprier à moi-même en ce qui m’est le plus propre par la sophia dans la philosophie, de même je me laisse approprier à moi-même en ce que j’ai de plus propre par l’ami que je n’ai pas choisi. Il ne suffit pas de déterminer des critères d’affinité, comme on peut le faire sur Internet par exemple, car jamais un ensemble d’affinités ne suffit à faire éclore l’amitié. Dans l’éclosion de l’amitié, il y a quelque chose qui échappe – et qui doit nécessairement échapper, rester abrité en retrait – à l’un comme à l’autre. »

Extrait de « S’ouvrir en l’amitié » de Hadrien France Lanord publié aux Editions du Grand Est

Et pour ceux qui souhaitent approfondir le sujet, Hadrien France Lanord parle brièvement de sa conception de l’amitié ici et présente plus longuement le sujet de son livre

Read Full Post »

%d blogueurs aiment cette page :