Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘énergie’

Negative people

Read Full Post »

L’été vient d’arriver. C’est la période traditionnelle pendant laquelle, selon nos goûts ou possibilités, nous allons vivre des temps de vacance.
La vacance est propice au retour à soi, au songe, à la réflexion, à la prise de hauteur, à l’éloignement du quotidien, la découverte de nouveaux horizons, de nouvelles relations…
Et pendant que nous vaquons ailleurs, le monde que nous laissons derrière nous évolue, change, se modifie. Lors de la réintégration de nos pénates, nous le retrouvons « ni tout à fait le même, ni tout à fait un autre« …
Alors vient le temps des changements.
Petits ou grands, voulus ou systémiques, ils sont le fruit de la transformation qui s’est opérée ici à notre insu mais aussi de ce que nous véhiculons de différent en nous, originaire de ces ailleurs indigènes où nous avons vécu, de notre réflexivité, de l’influence de ce qui là bas nous a touchés ou transformés.
Ces processus de changement sont récursifs et personne, il me semble, jamais ne s’en plaint. Ils se font naturellement. Ils vont de soi. Ce qu’ils charrient de neuf, de différent, nous le vivons comme sources d’avancées, de renouveaux ou de progrès.
Puis le temps passe et ce que nous appelons le quotidien ou le train-train guette, tapis dans l’ombre. Il attend que cette énergie retombe, que s’étiolent l’esprit de liberté et d’adaptation dont ces vacances nous ont parés, que les changements, une fois acquis, se transforment en « routine nouvelle »… Funeste oxymore !

Mais que se passerait-il si nous osions ?
Que se passerait-il si nous décidions de conserver un peu, beaucoup, passionnément de cet esprit de nos vacances ?
Que se passerait-il si nous modifions un tant soit peu notre regard sur ce qui évolue, change, se modifie dans notre quotidien ?
Que se passerait-il si nous accordions un peu plus d’attention à ce qui est susceptible de nous toucher ici et maintenant comme là-bas hier ou demain ?
Utopie ? Rêve ? Réalité ?
Il ne tient qu’à nous…

Bonne(s) vacance(s) et surtout, bon retour !

Read Full Post »

Dans de nombreuses sociétés chamaniques, si quelqu’un se rend chez l’homme médecine pour se plaindre d’être découragé, démoralisé ou déprimé, celui-ci lui posera l’une des quatre questions suivantes :
Quand avez-vous arrêté de danser ?
Quand avez-vous arrêté de chanter ?
Quand avez-vous cessé d’être enchanté par des histoires ?
Quand avez-vous cessé de trouver du réconfort dans le territoire doux du silence ?

Gabrielle Roth

Read Full Post »

Là où il y a de la gêne il n’y a pas de plaisir.
Pour faire du coaching un art de vivre et un champ de plaisirs, le coach se doit d’être attentif aux besoins inconscients que génère sa pratique, sous peine de se voir envahi par ses propres démons.




Après nous en avoir fait partager la genèse sur le site de Métasystème, Alain Cardon annonce (enfin#;0) la sortie de son livre :  « L’art véritable du Maître Coach – Un savoir être au service de l’émergence ».

Read Full Post »

%d blogueurs aiment cette page :