Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘forces’

Keith-Haring - Tout changeJournal de Keith Haring
14 octobre 1978

« Une situation donnée peut avoir une infinité d’effets différents sur les pensées d’un individu, selon son état d’esprit et son attitude. Ce qui m’affecte aujourd’hui ne m’affectera peut-être pas demain. Rien n’est constant. Tout change constamment. Après la naissance, nous sommes assaillis à chaque seconde de notre vie par une multitude d’impressions : différentes sensations, différentes interjections, différents vecteurs directionnels de force/d’énergie se composent et se recomposent constamment autour de nous. Le temps (des situations ordonnées en une progression logique visible) ne peut pas se répéter. Aucun des éléments émanant de l’expérience que nous avons du temps ne peut demeurer semblable parce que tout change continuellement. Physiquement l’être humain change constamment (la division des cellules) et personne n’est jamais dans le même état d’existence que ce soit mentalement ou physiquement.
La réalité du monde physique tel qu’il nous est connu se résume au mouvement. Au changement. S’il y a répétition, ce n’est pas une répétition à l’identique parce que (tout au moins) le temps a passé et donc un changement a eu lieu.
Deux êtres humains ne peuvent pas éprouver les mêmes sensations, expériences, sentiments ou pensées. Tout change, tout est toujours différent. Toutes ces variables qui se mêlent, qui interagissent, se détruisent, construisent de nouvelles formes, de nouvelles idées, de nouvelles « réalités », font que l’expérience humaine est caractérisée par le changement perpétuel et par ce que l’on appelle « l’évolution ».
Mon étonnement vient du fait que la plupart des êtres humains bâtissent leur vie autour de l’idée que ces différences, ces changements n’existent pas. Ils choisissent d’ignorer ces choses et tentent de planifier ou de contrôler leur existence. Ils font des plans, prennent des engagements à long terme, établissent un système régissant le temps et finissent par être contrôlés par leur propre système de contrôles.
Les gens ne veulent pas savoir qu’ils changent.
A moins qu’ils aient l’impression qu’il s’agit d’une amélioration, et alors ils se déclarent tous pour le « changement » et feraient tout pour « opérer des changements », combiner des situations ou provoquer de force un changement qui n’est pas dans l’ordre des choses. Ce concept recèle tant d’aspects différents qu’il est difficile de tous les noter.
Autour de moi, j’observe les attitudes suivantes :
Le changement est acceptable tant qu’il peut être contrôlé.
Le changement peut être prédit.
Les changements peuvent être provoqués, et/ou modifiés et/ou planifiés. (suite…)

Read Full Post »

%d blogueurs aiment cette page :