Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘ressentir’

C’est le titre d’un atelier que j’animerai le mercredi 05 mai dans le cadre des soirées NLPNL.

Le métier d’accompagnant ne s’apprend ni à l’école, ni dans les livres : il se vit, se pratique, s’éprouve, s’expérimente.
Etre coach, thérapeute, bénévole au sein d’une cellule d’écoute ou animateur de groupes de paroles ne peut en aucun cas se résumer à une accumulation de recettes ou de savoirs théoriques, si indispensables soient-ils. La posture d’accompagnant nécessite d’avoir d’abord cheminé à la rencontre de soi même afin de pouvoir ensuite, en conscience, rencontrer l’autre.

– Qu’est ce qui se passe en moi quand je suis au contact de mon client ?
– Qu’est ce que j’éprouve ?
– Qu’est ce que j’entends quand j’écoute ce client ?
– Qu’est ce qui résonne en moi ?
– A quel endroit suis-je touché ?
– Quelle image, quelle représentation s’impose à moi ?
– Comment me servir de cette matière vivante pour avancer avec mon client sur le chemin qu’il s’est choisi ?
– Comment m’utiliser pour être utile à mon client ?
– Comment vivre pleinement ma relation à l’autre ?

Voici autant de questions auxquelles je vous propose d’apporter votre réponse lors de cet atelier pratique et expérientiel au cours duquel chacun pourra participer de façon ludique et active. Un atelier pour expérimenter en groupe la puissance de vos ressentis et le pouvoir qui est le vôtre lorsque vous faites appel à votre talent unique et singulier.

Soirées NLPNL
Mercredi 05 mai 2010 : de 19h 00 précises à 21h 30 – Accueil à 18h 30
Chez IFPNL – 21 rue Sébastien Mercier – 75015 Paris
Métro Javel

Inscriptions à l’avance auprès d’Andrée Zerah au 01 45 04 93 37
Adhérents NLPNL : 5 Euros – Non adhérents : 15 Euros

Read Full Post »

Les mots sont des fenêtres (ou bien ce sont des murs)Fils d’émigrants juifs ayant grandi dans un quartier chaud et antisémite de Détroit, le Dr. Marshall Rosenberg, psychologue clinicien américain, est l’initiateur de la Communication Non Violente (CNV).

« Pour parler ce langage il y a quatre points simples mais essentiels à suivre.
D’abord, j’observe ce qui se passe réellement dans une situation donnée : qu’est-ce qui, dans les paroles ou les actes d’autrui, contribue ou non à mon bien-être ? L’important est d’arriver à énoncer ces observations sans y mêler de jugement ou d’évaluation –ce qui revient à dire simplement les faits que nous apprécions ou n’apprécions pas.
Puis j’exprime ce que je ressens en présence de ces faits : suis-je triste, joyeux, inquiet, amusé, fâché ?
En troisième lieu je précise les besoins à l’origine de ces sentiments.
C’est la conscience de ces trois éléments qui me permet de m’exprimer clairement et sincèrement en CNV.

(suite…)

Read Full Post »

%d blogueurs aiment cette page :