Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘vivre’

« Il est sur terre deux races d’hommes. La première – d’un nombre étouffant – se contente d’assouvir les besoins élémentaires de l’existence. Les préoccupations matérielles, les soucis familiaux bornent son champ. L’amour, parfois, y projette son ombre, mais strictement égoïste et ramené à l’échelle du reste.
L’autre race, quoique soumise au joug de la faim, du plaisir charnel et de la tendresse, porte plus loin et plus haut son ambition. Pour s’épanouir et simplement pour respirer, elle a besoin d’un climat plus beau, plus pur et spirituel. Il lui faut dénouer les limites ordinaires, exalter l’être au delà de lui même, le soumettre à quelque grande force invisible et le hausser jusqu’à elle. La pauvreté de l’homme la blesse, la désespère. L’inaccessible seul l’attire comme le rachat et la victoire sur l’humaine condition.
A ce sang choisi, à sa pointe, à sa fleur, Mermoz appartenait par son hérédité maternelle, par son éducation, par toute sa nature. Pour vivre, il devait s’évader de la vie. »

Joseph Kessel : « Mermoz »

Read Full Post »

Vivre ou mourir

Read Full Post »

Keith Haring - BébéJournal de Keith Haring
Pittsburgh
29 avril 1977

« J’ai les idées noires… encore une fois, je suis perdu : ou devrais-je plutôt dire que je n’ai jamais cessé de l’être ? Je ne sais pas ce que je veux ni comment faire pour l’atteindre. J’ai l’air de savoir ce que je veux et de tout faire pour l’obtenir, mais c’est faux, en réalité je n’en ai aucune idée. C’est sans doute parce que j’ai peur. Peur d’avoir tort. Et j’ai sans doute peur d’avoir tort parce que je me compare toujours à d’autres gens, d’autres expériences, d’autres idées. Je devrais considérer tous ces éléments dans leur contexte au lieu de les comparer. Je mets ma vie en rapport avec une idée ou un modèle, qui est en réalité une vie entièrement différente. Je devrais la relier à ma vie simplement dans la mesure où toutes deux ont de bons et mauvais côtés. Ce sont deux vies séparées. Si l’autre a pu acquérir assez de mérite pour être digne de mon admiration, ou pour que j’ai envie de le copier, c’est en prenant des risques, en vivant sa vie à sa manière. Il a évolué en faisant face à des situations différentes, il a découvert des sommets de bonheur qui me sont étrangers et connu des chagrins similaires. A force de toujours vouloir prendre modèle sur une autre vie, je gaspille la mienne en une répétition vaine. (suite…)

Read Full Post »

Mouvement pour la terre et l'humanismePréférant l’action aux paroles et l’engagement aux bonnes résolutions, en guise de vœux je me fais cette année le relai du message porté par « Colibris », le mouvement pour la terre et l’humanisme initié par Pierre Rabhi.

Depuis quelques années, une lame de fond traverse la société sans qu’elle en soit elle-même consciente. Des milliers de personnes, aux quatre coins du monde se mettent à penser, à agir, à créer, à échanger, bref, à vivre différemment. Ils aspirent à se réaliser plutôt qu’à faire carrière, se soucient des autres, de la nature, cherchent à résoudre leurs problèmes personnels pour améliorer la société, sont non-violents, réfléchissent le monde comme un tout et plus comme un puzzle morcelé, aiment les cultures et les échanges, veulent prendre le temps de vivre et ne sont plus prêts à sacrifier leur famille, leur santé, pour gagner leur vie à tout prix, préfèrent regarder les problèmes comme une occasion de comprendre et de créer du neuf, savent que pour transformer la société il faudra sans doute faire tomber des barrières et apprendre à travailler ensemble, chacun à sa juste place, sentent que féminin et masculin doivent s’équilibrer, imaginent que l’argent pourrait redevenir un moyen d’échanger d’infinies richesses plutôt qu’une arme capable d’alimenter la guerre entre les êtres humains, rêvent et agissent, (suite…)

Read Full Post »

i want to die from an overdose of life.

(je veux mourir d’une overdose de vie.)

C’est le texte d’un des « stickers » créés par le très talentueux designer Hilton McConnico pour Paristic.

Je trouve l’idée bigrement séduisante et je verrai bien ce « tag » figurer au mur d’un psy, d’un coach, d’une art-thérapeute…

Coïncidence ou synchronicité, mon ami et collègue André de Châteauvieux fait en cette rentrée, lui aussi, très clairement le choix du vivant : le site internet d’Art de changer n’est plus ! Selon ses propres termes : « Lâcher le “site plaquette” et faire le choix exclusif du blog, moins raisonnable, plus en résonances, c’est faire de la place au vivant, à l’intimité, à l’art du contact. »
A visiter et parcourir encore et encore pour aller à la rencontre d’un coach, d’un homme, d’un poète et de sa pratique singulière.

Brigitte Barateau-Dumesnil artiste collagiste et médiatrice en créativité

Read Full Post »

%d blogueurs aiment cette page :